Série Frida Zéro

Série d’autoportraits vidéo, qui représentent différents épisodes de la vie fictionnelle de mon double, Frida.

Dans chaque épisode est réalisée une activité idiote. Frida n’a pour but que de se jouer du réel qui est mis à sa disposition dans un espace de jeu donné. Cet espace est celui dans lequel évolue la femme occidentale, le quotidien dans lequel nous vivons selon des codes précis, une logique pratique et fonctionnelle.

Mais cette base codée est enrayée pour reconstituer une activité sans logique, absurde, ou du moins qui ne s’explique ni se pratique par des personnes dites « normales ».

Décrire ce par quoi l’identité se constitue, c’est aussi l’histoire de l’homme pièce du puzzle social. L’autoportrait ne cesse pas d’être un autre autoportrait et l’histoire qu’il décrit est palimpseste.

Tourista

2010 / 01’50’’ / MiniDV / 4:3

Souvenirs de touriste et iconographie du voyage

Pti Zongle

2003 / 02’28’’ / miniDV / 4:3

Les petits bricolages beauté -01

Les galets

2003 / 00’57’’ / MiniDV / 4:3

Quelques filets de bave et une pensée pour Wittgenstein

Piaf Lux

2004 / 02’09’’ / MiniDV / 4:3

Me faire belle pour vous chanter une chanson

(Vidéo sélectionnée aux 20èmes Instants Vidéo en 2007)

Le love

2003 / 01’56’’ / MiniDV / 4:3
Frustration et solutions attenantes

Ophélie

2003 / 02’22’’ / MiniDV / 4:3
Entre féminité et pudeur

La robe

2003 / 01’51’’ / MiniDV / 4:3

Un rien vous habille un tout aussi

Salsa

2003 / 03’08’’ / MiniDV / 4:3

Pour les bleus et les bobos mettre du rouge. En pagaille. Ça réchauffe.

News

2002 / 01’15’’ / MiniDV / 4:3

L’actu’, heure par heure.

Neige

2003 / 02’49’’ / MiniDV / 4:3

L’hiver et ses petits plaisirs minuscules à vivre ou à revivre.

Les fournitures

2003 / 01’45’’ / MiniDV / 4:3

Les arts plastiques et les bazars pratiques. Explications

 

Série « L’image salope « 

 

Augustine et le docteur Charcot

Mars 2016 / 4’ / HD / 16:9

(Vidéo réalisée dans le cadre d’une série de parcours de performances autour de la figure d’Electre, avec la compagnie la Fêlure au théâtre de l’Oeuvre / Marseille)

Au XIXème siècle, le Docteur Charcot a étudié et documenté l’hystérie à l’aide de photographies des malades.
Ces séances de pose prêtent à confusion quant à l’impact de l’image, du besoin de représentation, sur la réalité de la maladie et le lien entre médecin et patiente.
Tout autant que sur la nature et le rôle des images que nous produisons.

Réalisation : Chloé Blondeau
Avec : Nina Gazaniol & Charlie Kassab

Remerciements :
Théâtre de l’Oeuvre, association La Paix
Compagnie la Fêlure
Jerome Coffy et Matthieu Verdeil